Dernières infos

Au Sri Lanka, des explosions dans des hôtels et des églises font plus de cinquante morts

Ambulances are seen outside the church premises with gathered people and security personnel following a blast at the St. Anthony's Shrine in Kochchikade, Colombo on April 21, 2019. - Explosions have hit three churches and three hotels in and around the Sri Lankan capital of Colombo, police said on April 21. (Photo by ISHARA S. KODIKARA / AFP)

Un premier bilan fait également état de plusieurs centaines de blessés.Les églises ont été touchées alors que les fidèles célébraient Pâques.

Au moins 52 personnes ont été tuées dimanche 21 avril dans une série d’explosions dans trois hôtels et trois églises du Sri Lanka où des fidèles assistaient à la messe de Pâques. On dénombre en outre des centaines de blessés, selon des sources hospitalières.

Pâques : François invite à « retirer les pierres de la méfiance et du péché »

Deux déflagrations se sont notamment produites dans l’église Saint-Anthony de Colombo et l’église Saint-Sébastien de Negombo, une localité au nord de la capitale. Au moins 160 personnes blessées dans l’explosion de l’église Saint-Anthony ont été admises à l’Hôpital national de Colombo, a déclaré à l’AFP un de ses responsables.

Outre l’église de Negombo, au nord de Colombo, une troisième église, située à Batticaloa (est), a également été prise pour cible. Un responsable de l’hôpital local a affirmé que 300 personnes avaient été blessées.

7 % de chrétiens
« Attentat contre notre église, s’il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s’y trouvent », peut-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l’église Saint-Sébastien de Katuwapitiya, à Negombo.

Le Sri Lanka est un pays à majorité bouddhiste, et les catholiques sont estimés à 1,2 million sur une population totale de 21 millions d’habitants.

Le pays compte environ 70 % de bouddhistes, 12 % d’hindouistes, 10 % de musulmans et 7 % de chrétiens.

Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise.

Le cardinal Ranjith appelle à une grande manifestation contre la drogue au Sri Lanka

Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu’ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l’armée srilankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s’est achevée en 2009.

Source: La Croix, avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.