Dernières infos

Semaine internationale à HEC Montréal: le Sénégal et la Côte d’Ivoire, deux pays en croissance économique

Share

Le 1e avril 2015, dans le cadre de la Semaine internationale du Forum des Affaires Mondiales de HEC Montréal, s’est tenue la conférence portant sur les opportunités d’affaires au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Le premier invité, M. Oulai Adama, conseiller chargé des affaires économiques et commerciales à l’ambassade du Côte d’Ivoire à Ottawa, a ciblé sa présentation sur 3 questions principales: pourquoi investir en Côte d’Ivoire? quelles y sont les opportunités d’investissement?, et quelles sont les réformes entreprises pour améliorer le climat des affaires?

Pour répondre à la première question, M. Adama a démontré plusieurs aspects de la croissance économique du pays sortant de la crise post-électorale 2010-2011. Parmi les avantages sur le plan socio-économique, il a cité entre autres les infrastructures bien développées (le réseau routier de 82000 km, le deuxième plus grand port en Afrique à Abidjan, l’aéroport international moderne avec un vaste réseau de routes aériennes), une main d’œuvre qualifiée et abondante (9 millions de la population active), l’accès au marché de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) de près de 300 millions de consommateurs potentiels, ainsi qu’un bon secteur financier dans la zone de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Le gouvernement ivoirien a d’ailleurs adopté un plan national de développement sur la période 2012-2015 (17 milliards d’euros d’investissements) avec une perspective jusqu’à 2020.

En ce qui concerne les opportunités d’investissements, c’est le secteur agricole et agro-industriel qui a la priorité. Le pays est le premier producteur mondial de cacao et de caoutchouc, et compte parmi les plus grands producteurs mondiaux de café. Le Cote d’Ivoire est aussi le premier exportateur africain de conserves de thon et le deuxième dans le monde après le Thaïlande. L’économie ivoirienne dépend largement des ressources naturelles (minéraux (fer, or, diamant, nickel, etc.), bois, pétrole et gaz liquide). Pour encourager les investissements dans ces secteurs, mais aussi dans l’éducation, le logement et le tourisme, l’État entreprend des réformes au niveau législatif (introduction des nouveaux codes de régulation, création des guichets uniques, simplification des formalités, amélioration de la politique fiscale) et du système judiciaire, notamment, la création des Tribunaux de Commerce (prud’hommes), réalise le programme d’appui au secteur privé, et lutte contre la corruption à tous les niveaux de l’État.

Ouali

Pour conclure, M. Adama a mis l’accent sur l’attention accordée aux programmes d’augmentation d’accès de la population aux services informatiques. En février 2015, l’État a lancé une campagne sous le slogan « Un ivoirien = un [ordinateur] portable » et il y a actuellement 20 millions de téléphones cellulaires pour 23 millions d’Ivoiriens. Ce qui représente un des plus hauts taux de couverture dans l’Afrique de l’Ouest.

M. Zaccaria Coulibaly, chef du Bureau Économique à l’ambassade du Sénégal à Ottawa, a ensuite pris la parole et a commencé son rapport sur les opportunités commerciales et d’investissement au Sénégal avec l’aperçu de la situation économique au pays depuis 1961. Après la croissance économique irrégulière dans les années 60s-70s, le Sénégal est passé dans la phase des ajustements structurels (1984-1994) suivie par les réformes ayant permis à stabiliser la croissance pendant une décennie. M. Coulibaly a souligné, qu’en l’absence de la crise politique au Sénégal, la situation économique reste stable et très favorable aux investissements. Pour soutenir la vision d’«un Sénégal émergent en 2035 avec une société solidaire et dans un État de droit» il est préconisé de mettre en œuvre une stratégie de croissance inclusive reposant sur 2 grands piliers : des moteurs d’emplois et de l’inclusion sociale et des moteurs d’exportations et d’investissements directs étrangers (IDE). Ce qui permettra d’équilibrer le développement économique, social et humain, et de transformer le pays en leader régional et une porte d’entrée dans l’Afrique de l’Ouest. Grâce aux investissements dans le cadre du Partenariat Public Privé (PPP), 10 domaines prioritaires sont actuellement subventionnés (en milliards de francs CFA, dans l’ordre décroissant): infrastructures et services de transport (417,4), agriculture (396,6), habitat et le cadre de vie (245,9), tourisme (165,8), éducation et formation (141,6), mines et carrières (101,086), industrie (52,5), eau potable et assainissement (40), santé et nutrition (15,7) et commerce (10,5).

Coulibaly

Les opportunités d’investissement et la coopération économique entre le Canada et le Sénégal seront discutés au Premier Forum économique du Sénégal au Canada qui aura lieu à Montréal le 14 avril 2015.

Le dernier conférencier de la journée était Mme Élise Roy, conseillère en affaires internationales chez Export Québec. Sa mission depuis 2010 consiste en l’accompagnement des entreprises québécoises dans le développement de leurs activités en Afrique et au Moyen Orient. De 2010 à 2014, Export Québec a réalisé 14 missions commerciales en Afrique nécessitant 29 déplacements dont 14 dans 6 pays de l’Afrique de l’Ouest. Les résultats fermes (ventes, créations d’emploi, implantations, recrutements) étaient obtenus dans un tiers des cas. La fréquence de la participation des entreprises aux missions a directement influencé les résultats financiers dont plus de 80% ont été obtenus après au moins deux missions effectuées, ce qui montre que les relations basées sur la confiance à long terme sont toujours valorisées. En répondant à la question sur le défi d’accéder aux marchés africains dans le contexte de concurrence avec les entreprises chinoises, Mme Roy a indiqué qu’il y a toujours des avantages grâce à leurs expériences en gestion de projets en coopération avec les gestionnaires africains et à l’absence de barrière linguistique surtout dans les pays francophones.

Roy

A la fin de la présentation, elle a annoncé la programmation des activités africaines au Québec en 2015 :

        14 avril : Forum économique du Sénégal au Canada
        28-30 avril : Délégation d’Afrique (notamment Tunisie) lors du SIAL (agroalimentaire)
        7 mai : Les journées économiques du Bénin à Montréal
        12-14 mai : Accueil de délégations de l’Afrique de l’Ouest: + de 50 gens d’affaires d’Afrique
        13 mai : Séminaire sur le Maghreb et le Moyen-Orient lors du Sommet Export Québec
        8-11 juin : Accueil de délégations africaines lors de la Conférence de Montréal
        16-18 septembre : Forum Africa
        24-26 novembre : Accueil de délégations de l’Afrique de l’Ouest lors de Québec Mines

V. Lim

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.