Dernières infos

Vague d’attentats en Tunisie, au Koweit et en France

Ce vendredi, un hôtel à Sousse en Tunisie a été pris d’assaut par un terroriste armé qui a tiré dans le tas. Selon la télévision nationale, des tirs se sont produits en fin de matinée sur une plage devant un hôtel « Riu Imperial Marhaba » situé dans le port d’El-Kantaoui à Sousse, une ville touristique portuaire de l’est de la Tunisie.

Il s’agit d’un étudiant de 22 ans, Seifeddine Rezgui, originaire de Siliana (Nord de la Tunisie), qui a commis l’attaque terroriste faisant au moins 37 morts et 36 blessés. Le tireur aurait cherché à ne cibler que les étrangers. Les victimes de l’attaque terroriste seraient principalement de nationalité allemande, belge et britannique.
Selon différents témoignages décrits dans le journal Le Monde Afrique, une touriste française témoin de la tuerie, raconte :
« Il était environ midi, je bronzais sur la plage, on a entendu comme des détonations, mais on a d’abord pensé que c’étaient des pétards. Personne n’a réagi. Puis, il y a eu une deuxième fusillade. Là, tout le monde a paniqué. On est rentrés se cacher dans l’hôtel, dans une chambre. On a mis des lits contre la porte. On entendait des détonations. Au bout de trente minutes on a réussi à joindre la réception. Ils nous ont dit que l’armée et la police étaient en train d’intervenir. »

Grégoire, un autre touriste français, qui était lui en train de jouer au volley sur une plage adjacente, décrit une même scène de panique :
« C’est à la deuxième rafale que les gens ont compris ce qui se passait et se sont mis à courir. Je me suis retourné dans la fusillade, il y avait des corps par terre. On a cherché une cachette. On avait l’impression que quelqu’un allait nous tuer. On est très choqués. »

D’après le pâtissier de l’hôtel, interrogé par l’Agence France-Presse, le tireur est allé jusqu’à la piscine de l’établissement, près de laquelle il a « jeté une grenade ». C’était un jeune qui portait un short comme s’il était lui-même touriste. Il a lancé une seconde grenade, dans le bureau de la direction, au premier étage, et a ensuite gagné la réception, puis la salle de sport. Le tireur aurait caché son arme dans un parasol fermé, selon le ministère tunisien de l’Intérieur.

Suite à cette tragédie, Le président tunisien et son Premier ministre se sont rendu sur les lieux de l’attaque. « On s’est aperçu aujourd’hui que la Tunisie est face à un mouvement international. Elle ne peut répondre toute seule à cela. Pour preuve, le même jour à la même heure la France a été la cible d’une opération pareille, le Koweït aussi, une opération pareille. C’est la preuve qu’il faut une stratégie globale et que tous les pays actuellement démocratiques doivent unir leurs forces », a déclaré le président tunisien Béji Caïd Essebsi.

Un autre attentat s’est produit aujourd’hui au Koweit. Le groupe extrémiste sunnite État islamique a de nouveau pris pour cible des fidèles chiites dans une mosquée. Bilan: 27 morts et 222 blessés. Il s’agit de la première attaque visant un lieu de prière fréquenté par des chiites dans ce riche Émirat pétrolier à majorité sunnite.

La France, elle, n’a pas été épargnée par cette vague d’attentats de ce vendredi: vers 10h un homme a été décapité par son employé dans une unité du groupe américain Air Products située dans une vaste zone logistique entre Lyon et Bourgoin-Jallieu. Des drapeaux islamistes ont été trouvés près du corps de la victime.

En Somalie, ce sont des dizaines de soldats qui ont été tués aujourd’hui dans une base de la force de l’Union africaine (UA) par les islamistes Shebab.


Avec notre correspondante à Tunis, Ines Allagui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.