Dernières infos

Un message pour sa maman partie il y a trois mois

Photo d'illustration

Abdellah, collaborateur d’AfrikCaraibMontreal, a rendu hommage – à travers un poème – à sa mère décédée le 22 octobre 2018 en Algérie à l’age de 71 ans. Un poème qui rend hommage aussi à toutes les mères du monde entier.

Pour ma mère

Mère, ma mère
Est-ce vraiment
Un rêve, un délire
Ou je t’ai perdue
À jamais.
Tu hantes mes nuits,
Et mes jours.
Tu es présente
Dans mes rêves
Et mes rêveries.
Ton image est là dans ma tête.
Que je ferme mes yeux
Ou que je les laisse ouvert.
Une douleur ronge mon cœur,
Et me coupe le souffle.
Des idées fusionnent dans ma tête
Et s’entrechoquent comme des atomes.
Je garde de toi, une multitude
De souvenirs, d’anecdotes
Et d’images.
Tes paroles résonnent,
Encore dans le fond de mon âme.
Ta voix douce et mélodieuse la berce encore.
Que dire,
Quoi écrire,
Pour te décrire,
Pour honorer ta mémoire,
Pour être juste envers toi,
Et continuer de t’écrire,
Dans le livre de mon histoire.
Tu étais la Maman
Qui a bercé mon enfance,
Qui a su calmer l’effervescence
De mon adolescence,
Apaiser ma peur
De mes lendemains incertains.
La femme qui m’a aidé
À avoir confiance en moi,
De la garder contre vents et marrées,
A me construire
A ne jamais baisser les bras
De ne jamais plier l’échine
Contre le destin,
Même s’il s’acharnera
À vouloir me briser.
De me relever si je tombe
Et continuer mon chemin
Même si je trébucherai
Souvent
Et que j’aurai mal.
Comment ne pas t’écouter
Toi l’Orpheline
Qui a su renaitre de tes cendres
De te renouveler
De penser tes propres blessures
De garder la tête haute
Malgré tous les coups reçus.
De la part de la vie
De la société
De ta propre famille.
Grace à toi
Je connais la valeur des femmes
En qui j’ai confiance en leur sens de la vie
Du devoir,
De la famille,
De leur capacité à bâtir,
À construire.
De donner la vie,
De la préserver.
De donner l’amour, L’affection,
Sans limites
Vous êtes l’amour
Vous personnifiez
Le dévouement,
Le sacrifice,
La patience,
Et l’espoir.
Tu as tout donné
Au point de te dénuder
Petit à petit
De ton enveloppe charnelle

Ta maladie a voulu t’achever.
Mais tu as résisté
Avec courage et dignité.
Tu t’es battue 18 ans
En gardant espoir.
En émanant de la lumière
Dans les nuits sombres
Comme un phare
Pour nous éclairer le chemin
Et ne pas se percuter contre les récifs
Tu étais le soleil
Pour tous ceux qui graviter autour de toi.
Dort en paix
On se donne rendez-vous
Une fois que j’atteindrai
L’autre bout de ma vie.
Ton image est imprégnée
Dans mon cerveau
Ton empreinte est gravée à jamais sur mon cœur.
Ton fils qui t’aime

Par Abdellah Merani
09 février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.