Dernières infos

Sénégal: le procès du maire Dakar Khalifa Sall renvoyé au 23 janvier 2018

Le maire de Dakar, Khalifa Sall
Share

Le député maire de Dakar, Khalifa Sall, retourne en prison. Il devra attendre encore le 23 janvier 2018 pour connaitre le sort qui lui sera réservé, puisque ses avocats ont déposé ce mercredi 03 janvier une demande de renvoi.

La bataille judiciaire dans le procès du maire de Dakar est loin de prendre fin. Khalifa Sall et Cie sont poursuivis pour association de malfaiteurs, escroquerie portant sur des deniers publics, faux et usage de faux et blanchiment de capitaux.
Le procès n’a pas eu lieu aujourd’hui, mercredi. Les avocats de la défense avaient sollicité un report de deux mois. « C’est pour mieux s’imprégner totalement dans le dossier » a dit Me Khassimou Touré, un des conseils du maire de Dakar Khalifa Sall avant d’ajouter « qu’il faut le respect des droits de la défense ». Mieux, les avocats de la défense ont sollicité la présence de 62 témoins dont le président de l’Assemblée nationale , Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), Amadou Bâ ministre de l’économie des Finances et du plan. Ils exigent que ses derniers puissent s’exprimer à la barre sur la caisse d’avance. Me Yérim Thiam, avocat de l’État, a apporté sa réplique, en indiquant « que les avocats de la défense ont utilisé un argument de procédure pour dire que certains avocats n’avaient pas été avisés. Alors que les avocats en question étaient dans la salle. Si le tribunal l’a estimé, nous nous soumettons à la décision du tribunal », dit-il.

Dans son réquisitoire, le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, a soutenu que la défense se livre au dilatoire. De son côté, le juge Lamotte a martelé que « cette affaire sera retenue et sera jugée dans les conditions adéquates ».
« Nous n’accepterons pas d’autres demandes de renvoi », a-t-il poursuivi. Une chose est certaine. Depuis l’arrestation du maire de Dakar Khalifa Sall, ses proches évoquent d’un procès politique pour liquider un adversaire politique, l’empêchant de se présenter à la présidentielle de 2019.

Mapote Gaye

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.