Dernières infos

S’attaquer au chômage et à l’isolement des aînés, deux projets phares de Frantz Benjamin s’il est élu député à Viau

Frantz Benjamin, conseiller municipal et candidat du Parti libéral pour le poste de député dans la circonscription de Viau, à Montréal pour les élections provinciales 2018 au Québec.
Share

En entrevue avec Afrikcaraibmontreal mardi passé, Frantz Benjamin, candidat du Parti Libéral du Québec (PLQ) pour le poste de député dans la circonscription de Viau, à Montréal, a déclaré que s’il est élu, il s’attaquera en priorité à la question liée au chômage dans cette circonscription en mettant en place « une plateforme d’embauche locale » en partenariat avec des entreprises de la circonscription, des groupes communautaires et Emploi Québec. Interrogé par Cindy Mbayen, le conseiller municipal du district Saint-Michel de la Ville de Montréal a aussi affirmé qu’il faut « mettre en place une initiative visant à toucher l’isolement des aînés… » Les élections provinciales du Québec, en tant que telles, auront lieu le 1er octobre 2018, le vote par anticipation ayant pris fin jeudi passé.

Cindy Mbayen: Bonjour M. Frantz Benjamin, vous êtes candidat au poste de député dans la circonscription de Viau à Montréal pour les élections provinciales 2018 du Québec, quelles sont vos motivations pour un tel poste?
Frantz Benjamin: Écoutez. Les motivations sont de plusieurs ordres dans la mesure où la circonscription de Viau est la circonscription pour laquelle je travaille depuis maintenant les dernières années. Évidemment nous avons réalisé plusieurs choses niveau municipal. Maintenant comme vous le savez, il y a des compétences qui sont des compétences provinciales. Et fort des besoins exprimés par plusieurs de mes électeurs que je poursuive mon engagement au niveau de la scène provinciale. Et alors déterminer aussi à livrer la marchandise pour les gens de ma circonscription, alors je me suis décidé à me présenter pour les gens de la circonscription afin qu’ils puissent avoir une voix forte. Une voix forte pour tous les enjeux : économie, emploi, santé et environnement. Donc autant de thèmes sur lesquels j’aimerais intervenir pour défendre et présenter les besoins de la circonscription de Viau.

Cindy Mbayen: Si jamais vous êtes élu, quelle cause allez-vous défendre en priorité à l’Assemblée nationale du Québec?
Frantz Benjamin: Il va sans dire pour moi en tout premier lieu la question de l’emploi. Je ne suis pas satisfait, je ne suis pas content du taux de chômage dans la circonscription. Je pense qu’il y a là des enjeux importants et il y a une façon que nous pouvons travailler. J’ai déjà pris l’engagement de travailler à mettre en place une plateforme d’embauche locale qui permettra justement à plus de personnes dans la circonscription à pouvoir travailler dans la circonscription. Nous n’allons pas le faire tous seuls. Nous allons travailler avec les entreprises de la circonscription. Nous allons le faire avec les groupes communautaires. Nous allons le faire aussi avec Emploi Québec. Donc nous souhaitons qu’ils soient avec nous dans cette démarche.

Cindy Mbayen: Quels sont les autres projets qui vous tiennent à cœur pour la circonscription de Viau?
Frantz Benjamin: Un autre projet qui me tient beaucoup à cœur aussi, suite à une tournée que j’ai réalisée auprès notamment des intervenants, des professionnels de la santé : que ce soit des pharmaciens, des organismes communautaires dans le domaine de la santé, je pense qu’il faut mettre en place une initiative visant à toucher l’isolement des ainés pour travailler sur deux fronts.
Un premier front qui serait tout ce qui s’appelle la prévention. Donc sensibilisation par rapport aux saines habitudes de vie, l’alimentation, etc.
Et sur le deuxième front, l’accompagnement de nos aînés. Comment mieux accompagner nos aînés? Que ce soit au niveau médical, au niveau de la santé dans leur vie quotidienne parce que là, il y a là matière à avoir un projet mobilisateur de l’ensemble de la communauté pour les personnes âgées.

Cindy Mbayen: Pourquoi le choix du Parti libéral du Québec pour le poste de député?
Frantz Benjamin: Ça aller de soi pour moi parce que ça fait un peu plus de 15 ans que je suis impliqué politiquement, et je me suis impliqué publiquement autour de valeurs, certaines valeurs qui sont pour moi des valeurs fondamentales comme par exemple la liberté individuelle, l’égalité, la non-discrimination, comme la lutte contre toutes les formes de discrimination, comme l’idée aussi que je suis Québécois comme l’ensemble des autres Québécois. Nous sommes toutes et tous Québécois peu importe notre date d’arrivée, et nous sommes très fiers de dire aussi que nous sommes Canadiens aussi. Voilà autant de choses que je retrouve seulement au Parti Libéral du Québec. Donc c’était naturel que je sois membre, candidat du Parti Libéral du Québec.

Cindy Mbayen: Pouvez-vous nous faire un résumé de vos études et votre implication politique?
Frantz Benjamin: Écoutez, pour les études, j’ai terminé mes études secondaires ici au Québec. Ensuite, j’ai fait successivement mes études collégiales et universitaires. J’ai étudié en communication, littérature, cinéma et un peu aussi en administration publique. Sinon j’ai suivi des sessions de formation sur d’autres sujets qui me tiennent beaucoup à cœur : la sociologie par exemple les thématiques de la mémoire, ce sont des thématiques qui me préoccupent énormément.
Qu’est ce qui me préparent aussi à coté des études à ce poste? C’est non seulement les formations académiques, mais l’expérience professionnelle aussi. J’ai travaillé une douzaine d’années au gouvernement du Québec. Donc j’ai eu à travailler autour des programmes du service du gouvernement du Québec. Alors j’ai une très bonne connaissance de l’appareil gouvernemental québécois, que ce soit les ministères ou les organismes du gouvernement du Québec. Donc tout ça me prépare à bien œuvrer, à bien pouvoir travailler.
Au lendemain du 1er octobre, je ne prendrai pas une éternité pour être compétent et pouvoir travailler activement pour les gens de la circonscription.

Cindy Mbayen: Et votre implication communautaire, pouvez-vous nous en parler?
Frantz Benjamin: Bien sûr. L’engagement communautaire, c’est long. J’ai été membre de plusieurs conseils d’administration de groupes communautaires, dont le Carrefour jeunesse-emploi Notre-Dame-de-Grâce, Culturisme à Montréal-Nord.
J’ai été aussi impliqué bénévolement comme mentor pour accompagner des jeunes qui veulent accéder au marché du travail.
J’ai œuvré aussi comme conférencier sur plusieurs thématiques : les thématiques liées à la gestion de la diversité, aux relations interculturelles auprès de différents groupes communautaires. Je pense entre autres à La Maisonnée, au Bureau de la communauté haïtienne de Montréal, etc. Donc autant de groupes autour desquels j’ai travaillé.
Évidemment, j’ai agi aussi comme consultant ici au Québec et à l’international aussi pour plusieurs institutions pour des enjeux relatifs à la diversité : des institutions comme des cégeps, des grandes entreprises privées, des multinationales. Et j’ai agi comme conférencier au national et à l’international aussi sur des enjeux liés aux relations interculturelles.

Cindy Mbayen: Votre dernier mot?
Merci de venir jusqu’au local. C’est très apprécié. Merci de vous intéresser aussi aux élections. Un des grands défis que nous avons collectivement au niveau des communautés afro-québécoises, je pense que c’est un défi pour nous de dire, je répète souvent le dicton suivant : « les absents ont toujours torts ». Le 1e octobre prochain, je pense qu’il y a plusieurs visions du Québec qui s’affrontent dans le cadre de cette campagne, mais nous avons tous à gagner à faire entendre notre voix lors des prochaines élections.

Frantz Benjamin:J’ai été très heureux en 2015 d’avoir été comme conseiller municipal un des instigateurs du Sommet pour l’intégration socio-économique des jeunes des communautés noires. C’est un sommet qui donne des résultats actuellement. Il y au moins une trentaine d’organismes des communautés noires qui sont autour de la table qui travaillent ensemble. Quand je dis des communautés noires, c’est toutes les communautés noires, africaines, haïtiennes, anglophones. Tout le monde est autour de la table et travaille ensemble. Ce que je souhaite, et je l’espère, nous allons continuer à travailler ensemble, à nous mobiliser, car nous avons des enjeux communs par rapport aux communautés noires pour faire en sorte que le travail que nous allons faire ensemble puisse avoir des résultats pas seulement pour nous, mais aussi pour les générations à venir.

Cindy Mbayen: Merci beaucoup!

Frantz Benjamin: Je vous en prie.

Propos recueillis par Cindy Mbayen

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.