Dernières infos

Mali : Disparition de policiers à Kidal, le syndicat exige des comptes

Après la disparition d’une trentaine de policiers à Kidal, lors des affrontements occasionnés par la visite du Premier ministre Moussa Mara, le secrétaire général du Syndicat de la police , l’adjudant Youssouf Fofana et son adjoint Mahamane Ousmane Maïga n’ont pas porté de gant pour exprimer leur indignation.
Le syndicat exige des explications sur la disparition des policiers, lors de la visite du premier ministre à Kidal et fait savoir sa détermination au cours d’une conférence de presse, ce 7 juin. Il s’interroge sur le silence du Directeur général de la police, Amidou Kansaye face à ces disparitions non élucidées.

« Il est regrettable de constater qu’au niveau de la direction général, il n’y a aucun chiffre ni de donnée sur la situation des policiers tombés à Kidal. Nous dénonçons le comportement du Directeur Général de la police et sa négligence vis à vis de la protection des 30 éléments du groupement mobile de sécurité qui ont accompagné le Premier ministre à Kidal», s’est insurgé le secrétaire général adjoint du syndicat , Mahamane Ousmane Maïga. Selon lui, les policiers qui ont accompagné le Premier Ministre n’avaient pas d’armes, rien que des bâtons de maintien d’ordre.

« Le syndicat de la police demande que toute la lumière soit faite sur la disparition des policiers à Kidal, que le Directeur Général de la police nationale Amidou Kansaye soit traduit devant les tribunaux pour incompétence et pour avoir laissé les policiers à la boucherie ».
Un message que le syndicat adresse à son DG, mais dont le vrai destinateur est connu, quand on sait qu’Amidou Kansaye n’a agi que pour mettre en œuvre une injonction du Premier ministre d’envoyer des policiers à Kidal. « Il n’y a pas de raison qu’on envoie les policiers à Kidal, un terrain hostile, sans arme. Ils ont livré ces jeunes policiers à la boucherie et il faut qu’ils répondent de leurs actes », se plaint le syndicat. Par ailleurs, « les groupes armés sont disposés au dialogue et aux échanges de prisonniers, mais où se trouve le blocage ? », s’interrogent les conférenciers.

Trois semaines après les affrontements de Kidal, le « SPN ne connait pas la situation exacte des disparus à Kidal ». 88 policiers étaient mutés à Kidal Rechercher Kidal et 30 policiers ont accompagné le premier ministre au mois de mai dernier, selon le Secrétaire général du SPN, adjudant Youssouf Fofana.

Pour montrer sa détermination, la Confédération syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM), à laquelle le SPN est affilié, a déposé une plainte au tribunal administratif, contre le Directeur général de la Police nationale Amidou Kansaye, pour avoir gelé le salaire de certains policiers (autre dossier), ont expliqué les conférenciers. Avant de demander que les policiers soient mis dans les conditions.

Source: Maliactu (Boukary Daou)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.