Dernières infos

M. Martelly (Haïti): « Les ONG ont tout déstabilisé, c’était un Etat parallèle à l’Etat »

Share

MM – Je n’ai pas invité Jean-Claude Duvalier aux festivités du 1er janvier 2014. J’ai invité les neuf anciens chefs d’état, qui vivent encore à Haïti, à se joindre à moi pour la célébration du 210ème anniversaire de notre indépendance. Parce que j’ai pensé que cela valait le coup ! Moi, je regarde Haïti, je me dis qu’Haïti ressemble à un pays où il y a eu la guerre. La guerre nous a ravagés. On s’entredéchire, on s’entretue. Il y a des secteurs qui s’affrontent constamment. Ou bien on est Duvalier ; sinon, on est Lavalas. Aujourd’hui on est peut-être Khawly, on est Martelly. Et, on n’accepte pas nos différences. Moi, c’est là que . je fais la différence justement.

Vous êtes pour la réconciliation?

MM – La réconciliation ! Et moi, je suis plutôt tolérant à ce niveau. J’ai fait l’expérience au sein de mon orchestre.

« Je suis là pour faire le boulot que d’autres ne voulaient pas »

Vous êtes à la fin de votre mandat. Que vous dites-vous : je suis là pour un mandat et relancer la machine, ensuite je me retirerai. Ou je vais y rester longtemps ?

MM – Moi je dis aujourd’hui que je suis en politique. Bon ., je ne peux pas nier que je suis aujourd’hui politicien. Mais je n’ai jamais voulu être un politicien, j’ai toujours voulu faire du développement. Et, au pays, relever le niveau de vie, favoriser les plus démunis. J’ai toujours été dans le social et c’est ce qui m’intéressait. Mais parce qu’il n’y avait pas de gens à s’intéresser à faire ce boulot donc, j’ai décidé de le faire. Et donc, un mandat, cinq mandats, vingt mandats , trois jours qui me restent, pour moi cela importe peu.

« L’opposition en Haïti est emmerdante, car elle veut bloquer l’avenir des gens »

Estimez-vous qu’être président est plus difficile que ce que vous aviez estimé ? Est-ce difficile d’être président ?.

MM – Ce qui est difficile, c’est que parfois vous avez une opposition qui n’a rien de mieux à proposer et qui se contente à vous bloquer. Ça c’est dur, et cela devient, pas difficile, mais excusez le mot : emmerdant !

Vous n’aimez la contradiction ? Vous n’aimez pas l’opposition ?

MM – Non, je suis pour . Je vous ai dit que j’étais tolérant. Vous avez une opposition chez vous, il y en a partout ! Mais je vous ai dit tantôt que le cas d’Haïti était particulier. Une grande majorité de la population n’a pas accès à l’eau potable, donc on ne peut pas jouer avec cette situation. Une grande majorité de la population n’avait pas accès à l’éducation. Donc, on ne peut pas se battre entre nous ou bien bloquer le développement parce qu’on veut le contrôle du pouvoir . Il faut être sérieux.

Vous trouvez qu’il faudrait une démocratie un peu réduite, une sorte de dictateur éclairé ?

MM – Bon, la démocratie est ce qu’elle est. La dictature ne m’intéresse pas, le pouvoir en lui-même ne m’intéresse pas. Le développement m’intéresse. Mon ambition c’est de pouvoir changer Haïti et faire en sorte que ces images – qu’on vous montre tout le temps d’Haïti – que ces images ne soient plus sur le petit écran.

RTBF, avec Le Soir

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.