Dernières infos

L’histoire et l’espoir du peuple algérien

Manifestation en Algérie pour le départ du président Bouteflika du pouvoir

En attendant d’avoir pleine satisfaction des revendications du peuple qui s’est soulevé pacifiquement contre tout le système qui a pris le pouvoir depuis le 5 juillet 1962, la date officielle de l’indépendance du colonialisme français, en payant un lourd tribut en termes de vies humaines : des dizaines de millions de perte. Nous allons faire un retour dans le passé pour évoquer quelques faits marquants de l’histoire d’Algérie.

Les chiffres macabres des morts ont commencé avec la première bataille, le jour du débarquement des militaires français sur la plage de Sidi Ferruch (à 25 km à l’ouest d’Alger) un certain lundi 14 juin 1830.
Peu importe l’issu que prendra ce soubresaut populaire qui a désarçonné et le système mafieux et les régimes des pays qui les soutiennent dont la France qui est leur principal allié même si les apparences donnent l’impression du contraire. Maintenant le peuple fait la paix avec lui-même; après avoir subi une dépression aiguë pour plusieurs raisons ;à cause de son histoire tronquée par les envahisseurs qui ont foulé la terre de ses ancêtres avant même le règne des Romains sur le monde et sur la Numidie le royaume des berbères en Afrique du nord (220 av. J.-C. à 40 av J,-C.), allant des côtes de l’Atlantique (actuel Maroc ) en passant par l’Algérie, une partie de la Tunisie et de la Libye . Ces autochtones ont toujours résisté pour rester libre et conserver leur culte et leur culture, leur langue et leur traditions séculaires.

La disparition des Romains en Afrique du nord (Maroc, Algérie, Tunisie) coïncidait avec la venue des Vandales (groupe de tribus germanique orientale) de l’année 455 jusqu’à 533 pour être chassés(ils trouvèrent refuge chez les berbères pour se métisser et s’assimiler aux populations locales d’où leurs traits morphologique distincts comme la couleur des yeux(bleu ou vert), la blancheur de la peau de beaucoup de berbères.

Avec les différentes expéditions militaires menées par l’Espagne (1510-1830) sur les côtes, les algériens ont fait appel à l’empire Ottoman (1515-1830) autant que « défendeur et protecteur de l’islam et des musulmans » pour repousser les assauts répétés des espagnols. Les protecteurs sont devenus maîtres des lieux pendant 3 siècles en commençant par prendre de force tout artisan et toute personne (juifs et musulmans qui ont fuit l’inquisition espagnole en Andalousie) pour les acheminaient vers Constantinople, leur capital jadis.Ils prenaient tout celui qui pouvait apporter son aide, son savoir faire et sa contribution dans l’édifice d’un empire plus fort, plus riche, plus prospère, plus puissant .

Les Turques ne se sont jamais assimilés aux populations locales, car c’était une communauté composée essentiellement de la classe dirigeante et des militaires à l’exception des janissaires (milices ottomanes recrutées parmi les enfants enlevés aux peuples soumis) qui finirent par se marier avec les filles berbères ou arabes, les enfants, fruits de ses unions, ont donné « les Kouloughlis », ce qui veut dire littéralement fils de serviteurs. La présence des Turques au pays ne manquaient ni d’injustice ni de discrimination humiliante envers toute la population locale, de son appauvrissement, de l’expropriation de beaucoup de terre et même des massacres collectifs perpétrés souvent contre des tribus entières qui s’opposaient à leur hégémonie.

Le colonialisme français a chassé les Turques d’Algérie pour prendre leur place et prendre toutes les mesures nécessaires et les moyens dont leurs militaires disposaient pour imposer leurs puissances, leur main mise sur les richesses et les terres du pays et en faire de l’Algérie un département français pendant 132 ans.

C’est vrai que le jeune algérien est le principal instigateur et moteur de cette révolution tranquille, car il s’agit de sa vie et de son avenir, mais il a été suivi et encouragé par les adultes qui avaient peur pour leur progéniture après avoir vécu le traumatisme dû au terrorisme meurtrier et aveugle pendant la décennie noire à partir de 1991, comme ils avaient peur de faire subir et à leurs enfants et à la mère patrie le même sort, le même destin tragique de la Syrie et de Libye.

L’espoir est permis pour le moment, car le peuple a pu se réinventer malgré son amnésie historique et son traumatisme organique et psychologique. Même si l’Algérie fait partie d’un jeu géostratégique mené et orchestré par des grandes puissances qui ont décidé d’établir un nouvel ordre mondial en se redistribuant entre eux des territoires sans les coloniser; il suffit de détruire des États, de faire chasser leurs dirigeants par des traîtres à leur solde et se servir des richesses locales à leur guise.

Les jours à venir vont être déterminant et crucial quant à la suite et la direction que prendra la révolution. Si cela va marcher, cela donnera des idées aux autres peuples, tous les peuples qui voudraient s’affranchir de leurs dictateurs, de leurs dirigeants qui sont là pour servir les oligarchies et se servir.

Par Abdellah Merani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.