Dernières infos

L’être humain et son environnement constamment menacé

Dans notre monde, dans notre univers, tout être vivant bénéficie d’une sécurité divine, cosmique et naturelle, à mon avis. Le cas de l’être humain est plus complexe par son intelligence, ce qui lui octroie la capacité à interagir avec son environnement et avoir de l’influence bonne ou néfaste sur ce dernier.

L’homme primitif avait besoin d’être en sécurité dans son environnement immédiat :
-se protéger contre les éléments naturels tels que la pluie, la neige, la chaleur, le froid, les volcans, les torrents d’eau etc …
– ne pas être la proie des animaux carnivores, féroces et de ne pas être en bas de la chaine alimentaire.
-savoir chercher et trouver l’eau potable pour ne pas mourir de soif.
-savoir chasser le gibier et conserver sa viande.
-cueillir les fruits et les manger.
-trouver des racines et des herbes comestibles avant de s’adonner à l’agriculture.

Mais les choses se sont compliquées au fur et à mesure que l’homme s’est mis à vivre en groupe; il fallait un chef parfois autoproclamé par la force des bras et le courage parfois par la ruse et l’intelligence.
L’homme sédentaire a construit la société d’aujourd’hui. C’est à partir de là que la sécurité de l’homme a muté pour faire face, non seulement aux éléments cités ci-dessus, mais aussi le mettre en sécurité contre sa propre espèce, le prémunir contre le vol de ses biens et la protection de sa vie et celle de sa famille.

L’homme a tout essayé dans sa vie en société: l’ésotérisme, la magie, la sorcellerie, création des divinités, différents systèmes de gestion de la cité, la révélation divine qui a engendré les religions abrahamiques comme le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam. Tout cela n’a pas suffi pour contenir ses instincts primitifs et ses vices, résumés étroitement en sept péchés capitaux(dans la religion catholique).

Cependant, l’homme a évolué avec le temps à travers les siècles, pas au même rythme partout malheureusement. Il y a ceux qui sont restés presque à l’état sauvage, ils vivent en harmonie avec les éléments de la nature, ils n’ont pas développé les mêmes vices que nous.
Par contre, le reste de l’humanité a beaucoup évolué du point de vue scientifique, philosophique, industriel et sociologique, mais pour certains le vice et le mal sont deux caractéristiques constantes difficiles à apprivoiser . Dans certaines sociétés modernes, le civisme a presque pris le dessus, pour d’autres pas du tout.

Qu’est ce qui fait en sorte que cela marche pour certains et pas du tout pour les autres? Quels sont les éléments de comparaison : L’histoire? Le système de gouvernance? Les hommes et les femmes dont se composent telle ou telle société? Le système éducatif? Le niveau de vie? Le degré d’éducation des citoyens? La richesse ou la pauvreté du peuple?
Est-ce que le côté mystique est un élément à prendre en considération? Si oui, y a-t-il un modèle type?
Souvent, je me pose la question suivante : qu’aurait été l’avenir des peuples colonisés s’il n’y avait pas eu rupture dans leur évolution naturelle? Est-ce qu’il aurait eu le même parcours (même avec un peu de retard) que les pays développés comme le Japon, les pays de l’Europe de l’Ouest, les États-Unis d’Amérique, l’Australie, le Canada, la Russie? Où même comme la Chine, le Brésil, la Corée du sud?

Rien n’est sûr, mais si on voit comment les civilisations se chevauchaient entre elles , se reliaient, cela aurait été envisageable. Alors qu’est-ce qui aurait fait la différence ? Les richesses du sous-sol; comme le charbon, le pétrole, le gaz, l’or, le fer , l’uranium? Les terres cultivables bien exploitées? L’industrie? Le tourisme? Le commerce? Recherche et développement?
Le système de gouvernance plus socialiste ou plus capitaliste? D’essence démocratique ou plutôt despotique ? La religion s’ingérerait dans la gestion de la société ? Si oui, jusqu’à quel point ? Dans la politique, il y a la ruse et le mensonge ce qui la rend incompatible avec toute religion qui aspire dans la plupart des cas à la vertu. .

Beaucoup de ses questions restent sans réponses. Afin les réponses peuvent varier d’un pays à l’autre. Une chose est certaine: la survie de notre espèce dépend de la survie de la terre, dont l’évolution ou la disparition dépendent du comportement de l’homme quelque soit la période (aujourd’hui et dans le futur), peu importe sa couleur, sa langue ou sa religion .

Par Abdellah Merani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.