Dernières infos

L’Égypte mobilise 8,5 milliards de dollars pour l’expansion du canal de Suez

Share

Les banques égyptiennes ont levé 8,5 milliards de dollars, à travers l’émission de certificats de placement dédiés, pour le financement des travaux d’expansion du Canal de Suez. L’État égyptien espère porter les revenus annuels du canal à 13,5 milliards de dollars en 2023 contre 5 milliards aujourd’hui.

C’est ce qui s’appelle une mobilisation éclair. Un mois à peine après avoir fait part de son intention de creuser un nouveau canal et de rénover l’actuel canal de Suez vieux de 145 ans, les autorités égyptiennes annoncent avoir mobilisé les investissements nécessaires pour financer ces travaux.

8,5 milliards de dollars ont été levés en huit jours par les banques égyptiennes via l’émission de certificats de placement dédiés, a annoncé Hisham Ramez, gouverneur de la Banque centrale d’Égypte, indique l’agence Reuters. Ces titres d’une valeur nominale de 10, 100 et 1 000 livres égyptiennes (1,4 à 140 dollars) ont été émis par National Bank of Egypt, Banque du Caire et Suez Canal Bank. D’une échéance de cinq ans, ils portent un taux d’intérêt de 12 % avec des dividendes payés de façon trimestrielle, rapporte l’agence de presse.

Les trois banques désignées ont également émis des certificats libellés en dollars, d’une valeur de 1 000 dollars et portant un taux d’intérêt de 5,3 %, a indiqué le patron de la Banque centrale.

Travaux

Ces ressources vont servir à financer le creusement d’un nouveau canal sur 35 km le long de l’actuel canal de Suez et un autre creusement d’expansion et d’approfondissement sur 37 km. Le projet comprend en outre le développement d’un centre industriel et logistique international de 76 000 kilomètres carrés autour du canal pour attirer plus de navires et générer plus de revenus.

Le Caire estime que ces nouvelles infrastructures permettront de porter les revenus annuels du canal à 13,5 milliards de dollars en 2023 contre 5 milliards actuellement. Selon les informations fournies début août par les autorités égyptiennes, le site des travaux sera placé sous la responsabilité de l’armée.

Source: Jeune Afrique

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.