Dernières infos

L’éducation est la meilleure façon de faire évoluer les mentalités, selon Michelle Obama

Michelle Obama à Montréal. Photo : Widia Larivière
Share

Le 5 février 2018, le Palais des congrès de Montréal réunissait plus de 10 000 personnes à la séance de questions-réponses avec Michelle Obama. la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) a réussi le défi de ramener Michelle Obama à Montréal, quelques mois après avoir invité Barack Obama. Selon elle, L’éducation est la meilleure façon de faire évoluer les mentalités.

Le public a eu droit à une discussion entre l’ex-première dame des États-Unis et la présidente de Femmessor, Séverine Labelle. Les échanges entre les deux femmes ont tourné autour de l’expérience vécu en tant que 1ére dame, l’influence des femmes, l’éducation et le leadership.

Les femmes et les jeunes filles ont pu se remplir de cette source d’inspiration qui a l’art de communiquer avec sagesse et authenticité. La gente masculine a pu profiter également de certains conseils de Michelle Obama.

Selon Michelle Obama, l’éducation est le fondement pour obtenir de la valeur dans la société. C’est la clé pour rester compétitif sur le marché de l’emploi. Il est nécessaire d’avoir des gens éduqués dans notre environnement tels que des citoyens éduqués pour savoir reconnaître ce qui est bénéfique ou nocif pour la communauté. C’est la seule chose qui permet de créer la différence dans notre société.

En ce qui concerne le leadership, elle considère que la société se base encore sur la couleur de la peau pour caractériser une personne. Elle nous explique que la meilleure façon de faire évoluer les mentalités c’est d’éduquer notre entourage. La société devrait enseigner aux jeunes des valeurs différentes. En tant que leader, nous devons être honnêtes envers les autres et connecter le plus possible avec notre entourage. Ce n’est pas facile de sortir de sa zone de confort pour aller vers les autres mais nous devons le plus possible pratiquer l’état d’esprit « Out of the box » autrement dit « hors des chantiers battus ».

Les chefs d’entreprise et gestionnaires ont été mis à l’épreuve avec leur conscience lorsque l’ex-première dame des États-Unis a mentionné la phrase suivante :

« If you have one gender in the room, ask yourself why ». « Si vous avez un seul genre dans une salle, demandez-vous pourquoi? »

Cette phrase permet de mettre en situation le manque de diversité dans certains projets. Il faut savoir que la diversité de sexe, de culture ou d’âge amène des perspectives différentes dans la réalisation d’un projet ou d’une idée.

Celle-ci nous a aussi rappelé que l’échec fait parti de l’apprentissage pour arriver au succès. Nous devons apprendre à nous dépasser au dessus des échecs que nous traversons car ces échecs sont des opportunités d’apprentissage ou d’amélioration.

Le développement social et économique

La société ne peut pas compter sur les politiques pour établir les changements car la mise en place de politique est un processus lent. Nous avons tous notre rôle à jouer dans notre communauté et nous devons avoir la motivation pour le faire. Vos valeurs et vos passions doivent vous accompagner dans votre quotidien à travers vos relations dans vos environnements respectifs.

Les trois mots clés à retenir de cette échange sont : l’éducation, la passion et les compromis.

Cette conférence s’est terminée sur une note d’encouragement pour les femmes qui souhaitent aller en politique car c’est un milieu qui manque de femmes avec des belles valeurs.

Par Cindy Mbayen

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.