Dernières infos

Le fils de l’ex président Dos Santos jugé pour détournement de fonds

Jose Filomeno a été emprisonné pendant sept mois pour des accusations de corruption.

Le fils de l’homme qui a dirigé l’Angola pendant 38 ans a été jugé pour corruption dans un rare procès impliquant un fonctionnaire de haut rang.

José Filomeno dos Santos et ses co-accusés ont aidé à faire sortir 0,5 milliard de dollars US du pays pendant qu’il était à la tête du Fonds souverain de l’Angola, selon les procureurs.

Ils ont tous plaidé non coupable.

Cette affaire est considérée comme un test pour l’Angola qui engagé une lutte contre la corruption.

C’est un moment extraordinaire pour un pays réputé être corrompu, appauvri et riche en pétrole, déclare Andrew Harding, correspondant de la BBC en Afrique australe.

José Eduardo dos Santos a été président de 1979 jusqu’à sa démission en 2017. Il a été succédé à son poste par le président Joao Lourenco, qui est du même parti dirigeant, le MPLA.

Qu’est-il arrivé à l’ancienne famille présidentielle ?

La fortune de la famille de l’ancien président, qui avait permis à la corruption de s’enraciner sous son règne, a changé après qu’il se soit retiré, dit notre correspondant.

Après son arrivée au pouvoir, M. Lourenço s’est brusquement retourné contre le clan Dos Santos et a promis des réformes et un nettoyage, ajoute -t-il.

En novembre 2017, le nouveau président a congédié une autre des enfants de son prédécesseur, Isabel dos Santos, la femme la plus riche d’Afrique, de son poste de chef du géant pétrolier, Sonango, pour détournement de fonds présumé.

Mme Dos Santos nie tout acte répréhensible. Elle vit maintenant à l’étranger après avoir soutenu que sa vie avait été menacée.

En 2017, elle a déclaré à la BBC qu’elle faisait face à des préjugés à cause de qui elle était.

L’ancien président aurait également quitté le pays.

C’est la première fois qu’un membre de la famille Dos Santos est poursuivi en justice.

José Filomeno dos Santos, également connu sous le nom de Zenu, a passé sept mois en prison pour des allégations de corruption avant d’être libéré en mars.

Il a été nommé à la tête du fonds souverain de 5 milliards de dollars en 2013, lorsque son père était au pouvoir, mais il a été limogé en 2017.

M. Dos Santos a comparu lundi devant la Cour suprême à Luanda, la capitale, aux côtés de trois co-accusés, qui sont également accusés de blanchiment d’argent et de détournement de fonds, dont l’un est l’ancien gouverneur de la banque centrale Valter Filipe da Silva.

Source: Agence Ecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.