Dernières infos

La Côte d’Ivoire, championne d’Afrique !

C’est devant 25 000 spectateurs que la Côte d’Ivoire est devenue hier, championne d’Afrique face au Ghana. Le match s’est terminé par une incroyable séance de tirs au but. Le héros de cette journée, le gardien des Éléphants : Copa Barry.

Copa Barry ne devait même pas jouer la finale du championnat. Il a été invité au dernier moment, lorsque Sylvain Gbohouo, numéro un habituel, s’est blessé à la dernière minute. Souvent critiqué, Barry ne faisait pas l’unanimité auprès de ses coéquipiers qui le sous-estimait. Cette finale était pour lui une dernière chance de montrer à ses coéquipiers et à son pays de quoi il était capable. Le gardien de 35 ans peut désormais prendre sa retraite internationale la tête haute.

Yaya Touré de la Côte d’Ivoire a tenu à féliciter son partenaire. « Il faut féliciter Copa, soutient-il. Il a eu des moments difficiles, surtout au pays où il a été très critiqué. Aujourd’hui il nous donne le trophée, c’est un exemple de solidarité. Après la blessure de Gbohouo, le coach lui a tenu un discours pour bien le mettre dedans ».

Après la victoire de son pays, Copa Barry n’en revenait toujours pas de ce qu’il avait accompli. « Quand j’ai tiré, il n’y a rien qui s’est passé dans ma tête. J’ai cru en Dieu et en moi. C’est vrai que j’avais des crampes, mais j’essayais d’exagérer pour les déstabiliser », explique-t-il.

Une grande victoire pour les Ivoiriens
Après deux échecs en finale, les Éléphants ont enfin pu mettre la main sur le trophée, une première depuis 1992. Le match s’est terminé au bout d’une interminable séance de tirs au but (0-0, 9 t.a.b à 8) au stade de Bata.

L’entraîneur Hervé Renard a tenu à remercier tous les partisans de la sélection nationale. « On dédie cette victoire à tout le peuple ivoirien, déclare-t-il. Le foot a cela de magique de réunir toutes les ethnies, toutes les personnes qui ne pensent pas de la même façon. On va avoir une Côte d’Ivoire plus qu’heureuse »,

Pour les joueurs ghanéens, cette victoire a été possible grâce à l’effort de chacun. « On revient de loin. On a connu des qualifications très difficiles. Cela n’a pas été toujours facile dans le groupe de gérer certaines individualités, mais au bout d’un moment tout le monde a mis son égo de côté et s’est plié au service du collectif », fait remarquer Serge Aurier.

Un peu plus tôt aujourd’hui, les Ivoiriens sont arrivés chez eux et ont été accueillis en héros par la population. Par la suite, ils se sont rendus au stade Félix Houpjouët-Boigny où environ 35 000 partisans sont venus célébrer avec eux, cette grande victoire.

Source:www.ethelsport.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.