Dernières infos

Haïti: la situation chaotique perdure dans tout le pays

crédit photo: Rezo Nodwès

Le 07 février dernier, l’opposition a organisé une manifestation en vue d’exiger la démission du chef de l’Etat Haïtien Monsieur Jovenel Moise. Depuis lors, Haïti traverse des moments de plus en plus difficiles. Toutes les activités sont paralysées : l’école, les entreprises publiques et privées et même le transport en commun. Douze jours après, cette situation chaotique persiste et signe.

Pneus enflammés, jets de pierres partout, manifestation dans toutes les grandes villes du pays à savoir Port au Prince, Cap Haïtien, Aux Cayes, Jacmel, Gonaïves, Mirebalais etc., voilà la situation du pays depuis le jeudi 07 février 2019. Les protestataires réclament une chose : la démission du président du pays. Ce qui selon eux, aboutira à la fin de ce système qui bat son plein depuis après la mort du père de cette nation Jean Jacques Dessalines.

Selon les protestataires, sous la présidence de Jovenel Moise, la situation économique du pays devient de plus en plus lamentable et le pouvoir d’achat des gens ne cessent de diminuer. Ajouter à tout cela, la dévaluation de la gourde par rapport au dollar américain. Tout ceci contribue à mettre le peuple haïtien dans une situation de misère et de désespoir.

Selon Moise Jean Charles, le principal fer de lance de ce mouvement, le président doit partir. « C’est un incompétent, il ne sait rien dans le gestion de l’Etat. Nous devons continuer les mouvements de protestation en vue d’exiger sa démission. Une fois partir, nous aurons un autre l’Etat qui sera capable de satisfaire les besoins du peuple haïtien ». explique-t-il.

Plus de dix personnes ont déjà été tuées et plus de 250 personnes ont déjà trouvées leurs arrestations selon le docteur Schiller Louidor, l’un des portes parole du secteur démocratique et populaire. «On peut rien faire avec Jovenel. Il doit partir. Sinon, il doit tous nous tuer. Car nous ne comptons pas plier l’échine » ajoute le docteur.

Huit jours après, le président Jovenel Moise a pris la parole pour tenter de calmer le jeu. Cependant, il n’a fait qu’aggraver les choses. Cela dit la déclaration du chef de l’Etat ne fait qu’agrandir la colère de ces opposants qui juge de caniveau leur discours.

Selon eux, le président a fait une déclaration de guerre, nous allons lui donner une réponse compatible à sa déclaration.
Le président ne compte pas satisfaire la principale revendication de ces opposants. Cela dit, il ne compte pas démissionner. Les protestataires ne comptent pas abandonner. Pendant ce temps, le pouvoir d’achat des gens diminuent. Les malades ne peuvent aller à l’hôpital. En plus l’eau se fait de plus en plus rare.

Par Mackenson PIERRE LOUIS, journaliste et correspondant en Haïti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.