Dernières infos

Haïti-Education : Reprise timide des cours, après la fin de la grève des professeurs

Share

Moins de vingt-quatre heures après la signature de l’accord, le mardi 13 mai 2014, entre la plateforme haïtienne des organisations éducatives (Phoe) et le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), les activités scolaires ont repris timidement dans les lycées et écoles nationales du pays, selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

La grève des enseignantes et enseignants, dans les écoles publiques d’Haïti, est définitivement levée, atteste le professeur Josué Mérilien, qui invite ses collègues professionnels à reprendre le chemin des classes pour boucler l’année académique 2013-2014.

La mobilisation, de plusieurs mois, des syndicats d’enseignantes et d’enseignants a causé des retards dans la conduite des programmes de l’année académique 2013 – 2014, ainsi que divers dégâts matériels provoqués par des élèves en furie contre l’absence de professeurs dans les salles de classe.

Ces enseignants réclamaient de meilleures conditions de travail, incluant une revalorisation de leurs traitements.

« Le Menfp s’est engagé à payer tous les arriérés de traitement, qu’il soit cinq ou dix ans, sans manquer un sou. Il s’est engagé également à nommer tous les professeurs qualifiés, en leur donnant une lettre dans l’immédiat », souligne Mérilien, l’un des chefs de file du vaste mouvement ayant conduit à la signature de l’accord du 13 mai 2014.

Le Menfp s’est également engagé à appliquer, graduellement, une grille salariale appropriée pour les professeurs des écoles publiques, se basant sur un plan de carrière reconnaissant le principe d’un traitement de base de 50 mille gourdes (US $ 1.00 = 46.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui), toile de fond des revendications des professeurs grévistes depuis tantôt trois ans.

« Chaque professeur recevra une carte d’assurance, qui lui donnera accès aux structures de gestion des assurés. La question de cafétéria est fondamentale… Ils ont également obtenu la garantie d’avoir des crédits, avec un taux très bas, dont le montant, jusqu’à présent, n’a pas été défini dans le cadre de l’accord », lâche Mérilien, se donnant un certain satisfecit.

Une commission de suivi doit être mise en place dans moins de quinze jours (d’ici le mardi 27 mai 2014), pour s’assurer du respect des échéances fixées et de l’application de tous les points de l’accord du 13 mai.

L’une des limites de l’accord, la plateforme haïtienne des organisations éducatives (Phoe) n’a pas pu décrocher le report de la date des examens dans le cadre du dialogue, signale Mérilien.

Source: alterpresse.org

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.