Dernières infos

Festival Mundial : Rencontre avec Wesli, chanteur aux multiples talents

Wesli, crédit photo: Wesliband
Share
Chanteur, multi-instrumentiste et producteur ayant quatre albums à son actif, Wesli est un artiste qui fait voyager son public entre les deux îles de son cœur: Haïti et Montréal.

C’est en Haïti qu’il a appris de façon autodidacte à manier les instruments qu’il joue parfaitement bien aujourd’hui comme le banjo, le youkoulélé, la contrebasse ou encore la guitare, son instrument fétiche.

Fasciné par la musique de son père qui avait un band de troubadours en Haïti, c’est également pendant ses années là qu’il a façonné son univers musical et qu’il a vite commencé à prendre les instruments en main. “Mon père me faisait jouer des maracasses et puis à l’église j’avais aussi l’opportunité de jouer et comme j’étais curieux, j’ai tout de suite touché à tous les instruments.”

Un voyage d’Haïti au Québec au rythme de la musique

Une enfance musicale dans les Caraïbes qui l’a ensuite mené à s’établir à Montréal où il vit maintenant depuis 2000. Le Québec, c’est une région qu’il a apprise à connaître justement en venant se produire en tant que guitariste avec son band et pour de multiples grands artistes de la scène africaine et antillaise, qu’il accompagnait jouer sur des festivals ou sur les scènes des plus grandes salles du pays. D’après lui, le fait d’avoir appris à bien jouer de la guitare lui a donné une force et cela a été la clé de ses opportunités d’entrer dans le milieu des musiciens de sa communauté comme de celui de Montréal.

S’il a choisi de s’établir à Montréal, c’est parce qu’il a apprécié la grande ouverture vers le multiculturalisme de l’île. “Montréal est une des rares villes qui laisse une vraie liberté de s’exprimer. Ici plus qu’ailleurs dans le monde, ta voix compte, ton cheminement compte et ton rêve compte”.
Une ville québécoise qu’il conseille fortement aux jeunes artistes caribéens, car selon lui commencer par Montréal est l’idéal pour pouvoir s’ouvrir vers le monde entier à condition d’être ouvert et constant dans son propre développement musical. Une liberté pure et sauvegardée qui est d’ailleurs tangible dans le parcours musical de Wesli où l’on peut voir toute sa créativité musicale s’exprimer sans barrières passant par le reggae, le R’n’B, le hip-hop et puis maintenant dans sa carrière solo ou l’afro et le voodoo beat prennent une grande place. “ L’afro-beat et le voodoo-beat, j’ai choisi de les mettre en valeur aujourd’hui car ils sont les styles musicaux qui partagent les mêmes valeurs que celles que je veux véhiculer.”

“La mission vient de commencer pour mon engagement social envers Haiti”

Ce que l’on retrouve également dans la musique de Wesli c’est un engagement social profond et naturel. “ Mon engagement est naturel car je ne peut pas passer à coté et raconter des expériences de vie et des histoires que j’ai vécues et vues en Haïti comme je ne pouvais pas éviter de les vivre. C’est ça qui m’a donné un engagement et l’envie de l’idéal qu’attendent les Haïtiens”. Un engagement qu’il a mis à contribution dans son quartier d’origine en créant Ayiti étoile nouvelle, une école fondée en 2013 pour donner espoir aux jeunes générations. Selon lui, ces jeunes ont un réel besoin de soutien car ils sont très résilients et en quête de modèles comme de connaissances. Alors que la situation en Haïti est difficile, Wesli veut leur donner l’espoir afin d’éviter qu’ils ne plongent dans le banditisme et qu’ils puissent un jour à leur tour suivre ses empreintes et sortir du quartier la tête haute.

C’est d’ailleurs cette école Ayiti étoile nouvelle qui a donné le nom de son dernier album qu’il a voulu sortir en même temps que son autre album nommé Immigrand en février 2015. “C’était en cohérence avec ma vie, sortir deux albums en même temps. C’était pour parler de ce partage entre mes racines et ma nouvelle vie d’immigrant. J’ai voulu donner ma philosophie de l’immigrant celle qui termine par « grand ». Celle qui montre que nous sommes aussi grands que les autres, que nous sommes des contributeurs qui comptent, qui ajoutent de la valeur à la société d’accueil. Ce thème de l’immigration est important pour moi surtout avec les crises migratoires d’aujourd’hui, je pense que c’est primordial de le mettre en valeur de façon positive.”

Ayiti étoile nouvelle et Immigrand que nous pourrons découvrir ou redécouvrir le 16 novembre au Petit Campus pour les après-midis gratuits au Festival Mundial de Montréal où Wesli abordera également avec générosité ses deux premiers albums.

Par Adeline Huar

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.