Dernières infos

Consulat d’Algérie à Montréal: Les manifestants dénoncent le 4e mandat de Bouteflika

Share

Une trentaine d’Algériens ont manifesté hier, samedi devant le consulat d’Algérie à Montréal pour dénoncer le 4e mandat du président, Abdelaziz Bouteflika. Les manifestants dénoncent aussi la corruption qui gangrène le système politique en Algérie.

Répondant à l’appel d’une initiative citoyenne lancée sur Facebook, les manifestants ont brandi des pancartes hostiles au quatrième mandat du président Bouteflika de 11h à 13h en face de l’ambassade. En même temps, ils scandaient des slogans pour dire non au quatrième mandat de leur président.  Sur certains pancartes on pouvait  lire « Non au 4e mandat », « Non au système corrompu », « Non à la violente répression », etc.

À travers le quatrième mandat du président d’Algérie, c’est tout un système corrompu que les manifestants dénoncent comme en témoignent les trois d’entre eux rencontrés sur place. Selon Neila, leur initiative citoyenne, comme elle l’appelle, concerne principalement trois points. «Nous dénonçons les violentes répressions policières qui ont eu lieu en Algérie depuis le début du mois de mars. Nous dénonçons la 4e mandat de Bouteflika. Et enfin, nous dénonçons la corruption qui prend place dans toutes les institutions et la mascarade électorale en général», a-t-elle affirmé. Elle a souligné qu’il y a eu des fraudes au niveau de la candidature du président algérien sur deux points qu’exige la constitution algérienne pour des candidatures aux élections présidentielles: fournir un certificat médical prouvant la capacité de l’intéressé à diriger l’Algérie et recueillir 60 000 voix.  Ayant une santé fragile depuis au moins 10 mois, l’actuel président ne pouvait pas fournir un certificat médical digne de ce nom. Deuxième exigence où Neila soupçonne des cas de fraude: le président a recueilli 4 millions 390 signatures en 5 jours. «Il y a eu probablement des fraudes», a-t-elle déploré.

ManifAL1Pour Toufik, les manifestants de Montréal sont les porte-paroles de ce qui se passe actuellement en Algérie. «Nous voulons porter à la connaissance de l’opinion internationale les manifestations qui se tiennent en Algérie. Même si nous sommes loin de notre pays, nous sommes solidaires des mouvements qui se créent dans notre pays pour dénoncer le 4e mandat de notre président, a-t-il indiqué.

«Un président malade et qui se représente, ça veut dire que notre pays est malade. Car si on n’est pas capable d’avoir un président en bonne santé, on ne sera jamais capable d’avoir un pays en bonne santé », a souligné, pour sa part, Salim B.

Depuis l’annonce de la candidature du président algérien aux élections présidentielles prévues le 17 avril 2014, des manifestations se multiplient un peu partout en Algérie et ailleurs. Pour Montréal, c’est la deuxième manifestation du genre et d’autres sont prévues le 15 et le 22 mars 2014.

Ansou Kinty

Précision: les trois personnes interrogées n’ont pas voulu donner leur nom complet.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.