Dernières infos

Comment empêcher l’incursion de terroristes de la secte islamiste Boko Haram sur le territoire camerounais

Share

L’Observatoire camerounais contre le terrorisme dans la province de l’Extrême-Nord (OCTEN) demande au gouvernement camerounais de construire une longue barrière sur 400 kilomètres de la frontière partagée avec le Nigeria sous le nom de « clôture de sécurité antiterroriste », principalement de Fotokol à Kolofata.

L’objectif déclaré serait de protéger la population de la province de l’Extrême Nord et l’économie camerounaise en empêchant physiquement toute « intrusion de terroristes de la secte islamiste Boko Haram » sur le territoire camerounais, qui déploie des effort pour « déstabiliser le pays et de porter atteinte à l’unité du peuple camerounais » et aussi en réponse à la non intervention immédiate de l’armée nigériane pour contrer la pieuvre islamiste, qui bat en retraite après l’échec d’une attaque, et pris en chasse par la Brigade d’intervention rapide (BIR) jusqu’à la frontière que les soldats camerounais ont interdiction absolue de franchir.
La terreur de Boko Haram coûte aux Camerounais non seulement en vie humaine (plus d’une centaine de morts) mais aussi fait des dégâts considérables comme plus de 170 établissements scolaires fermés ; au moins 200 000 déplacés intérieurs et 200 000 réfugiés provenant du Nigeria ; plus de 132 000 tonnes de déficit céréalier et enfin plus d’un milliard FCFA de pertes de recettes douanières.

clôture de sécurité antiterroriste_1
A cet effet, l’ OCTEN soutient les efforts militaires du gouvernement camerounais dans la lutte contre le secte islamiste et l’exhorte à construite sans délais par la branche experte en infrastructure de l’armée Camerounaise appelée « Génie Militaire », une longue barrière fortifiée par des parois de béton de 8 mètres, des tours de contrôle tous les 300 mètres, des tranchées profondes de 2 mètres, des fils barbelés électrifiés, des routes de contournement et de détecteurs de mouvement, solution ultime aux intrusions ou incursions meurtrières du groupe terroriste.

Par ailleurs, l’OCTEN rend hommage aux victimes, offre sa sympathie au population de l’Extrême-Nord et des bouquets de fleurs aux membres de sécurité, les exhortant à poursuivre la préservation de la sécurité du pays.

La province de l’Extrême Nord du Cameroun est le théâtre d’actes terroristes qui ont fait des morts dans les rangs des soldats, des policiers et chez la population civile depuis 2013.

Pierre Marc Ngamaleu, PCA

Jeune Chambre de Commerce Camerounaise du Canada
www.jcccam.org
Observatoire Camerounais contre le terrorisme dans l’Extrême Nord –Cameroun
https://www.facebook.com/groups/331099677087553/

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.