Dernières infos

CEDEAO: les obstacles demeurent pour la création d’une monnaie unique

Des experts des pays de l’Afrique de l’Ouest ont reconnu, à l’issue de 48 heures de réflexion à Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne, que la marche de l’espace sous-régional vers une monnaie unique, bute encore sur des difficultés.

Les experts ont analysé, vendredi et samedi, les progrès individuels et collectifs des Etats dans la mise en œuvre des politiques et des critères de convergence macroéconomiques. Les réflexions de Yamoussoukro, initiées par le Bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Ouest de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (Cea), dirigé par Dr Dimitri Sanga, ont permis de relever quelques difficultés dans cette marche de l’espace sous-régional vers une monnaie unique. Selon Dr Patrick N’gouan, expert ivoirien, ces critères mis en place en 1987 à Abuja, au Nigeria, par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), «butent sur beaucoup de contraintes ». A l’en croire, ces critères indiquent que « le niveau d’inflation doit être inférieur à 3 % si l’on est dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et si l’on est dans la Cedeao, il faut que cela soit inférieur à 4 % ». Il y a aussi, a-t-il expliqué dans un entretien à Apa, « le déficit budgétaire qui doit être nul ou excédentaire ». Pour l’instant, ces critères ont du mal à être appliqués par les Etats.

Pour Demba Bâ, expert sénégalais, les difficultés sont d’abord liées au non respect des critères de convergences assignés aux différents pays. « Le problème, c’est qu’il y a une zone où il y a un taux de change flexible et une zone où il y a un taux de change fixe », a rappelé M. Bâ, soulignant que dans « la zone de l’Uemoa le taux est fixe avec l’arrimage du FCfa à l’Euro ». « De l’autre côté, il y a des pays où des taux de change sont flexibles. Il y a des problèmes de convergence à ce niveau », a poursuivi Demba Bâ, par ailleurs conseiller en planification à la direction de la planification nationale du Sénégal. Selon le Pr N’galadjo Bamba, ex-commissaire de la Cedeao chargé des questions macroéconomiques, le programme de la monnaie unique de la Cedeao est un ensemble d’activités à réaliser, conformément à un calendrier donné, sous la conduite du président du Ghana, John Dramani Mahama, et de son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou.

Les pays ne faisant pas partie de la zone franc ont mis en place une zone monétaire en vue d’accélérer leur convergence monétaire et de créer une monnaie unique en 2015 qui va fusionner plus tard avec le franc Cfa pour la monnaie commune de la Cedeao vers 2020. Les experts ouest-africains ont fait, à l’issue de leurs travaux, des recommandations adressées aux Etats, aux organisations intergouvernementales, aux  communautés économiques et régionales, au secteur privé et à la société civile. L’espace Cedeao a actuellement en son sein le franc Cfa en usage dans les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et des monnaies nationales telles que le cedi au Ghana, le naira au Nigeria, le franc guinéen en Guinée Conakry ou encore l’escudo cap-verdien.

 APAnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.