Dernières infos

« Politique municipale et diversité » : une table ronde qui répond aux questions

Frantz Benjamin, conseiller de ville de Saint-Michel
Share

Le 28 mars dernier, le Centre Pierre-Péladeau a accueilli une table ronde avec pour thématique la diversité au sein des politiques municipales.

Afin de répondre aux questions que l’on pourrait se poser sur le sujet, ont été invités Renée-Chantal Belinga, conseillère d’arrondissement d’Ovide-Clermont ; Frantz Benjamin, conseiller de ville de Saint-Michel ; Josefina Blanco, conseillère d’arrondissement de De Lorimier ; Younes Boukala, conseiller d’arrondissement de J. Émery-Provost ; Marianne Giguère, conseillère de ville de De Lorimier ; et Nathalie Pierre-Antoine, conseillère d’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. Enfin, tenant le rôle d’animatrice de cette table ronde, était également présente Lisa-Marie Gervais, journaliste au quotidien Le Devoir qui a beaucoup travaillé sur l’immigration et la diversité.

De gauche à droite : Renée-Chantal Belinga, Frantz Benjamin, Josefina Blanco, Lisa-Marie Gervais, Younes Boukala, Marianne Giguère et Nathalie Pierre-Antoine

De gauche à droite : Renée-Chantal Belinga, Frantz Benjamin, Josefina Blanco, Lisa-Marie Gervais, Younes Boukala, Marianne Giguère et Nathalie Pierre-Antoine

Après une présentation succincte de leurs parcours et des raisons qui les ont menés à se présenter aux élections municipales, les élus ont ensuite répondu à de nombreuses questions concernant la diversité au sein des politiques municipales. L’une d’elles, et non la moindre, pose la question du pourquoi peu de personnes issues de la diversité se présentent à l’occasion de telles élections.

« Dans certains pays d’origine, il n’y a pas de culture démocratique », nous confie Younes Boukala. « Dans certains pays, les gens se disent : “de toute façon c’est biaisé, t’as pas une vraie voix…”. Il y a une grande communauté marocaine à Lachine, et ce qui est vu au Maroc comme de la politique est vu ici comme de la corruption : “Je te donne de l’argent et tu votes pour moi”, alors que non ! […] C’est ce manque de compréhension. »

Nathalie Pierre-Antoine, quant à elle, nous rappelle que parmi les personnes issues de la diversité se trouvent beaucoup d’immigrants politiques qui, loin de connaître le mode de fonctionnement canadien, amènent avec eux leurs croyances politiques biaisées par l’état actuel de la politique de leur pays d’origine.

« C’est vrai, c’est une méconnaissance », acquiesce Nathalie Pierre-Antoine. « Beaucoup de gens issus de l’immigration sont des gens qui sont venus pour des raisons politiques. Parfois la politique, là-bas dans leur pays, on n’y touche pas. Arrivés ici, pour eux, c’est la même chose. Parfois aussi, la politique c’est pour une élite : il faut connaître du monde, il faut être allé dans de grandes écoles… Moi, mère au foyer, je ne pourrais jamais avoir accès à un poste d’élue. »

Les discussions ne s’arrêtent toutefois pas là. En effet, les élus ainsi présents profitent de l’occasion pour soulever certains problèmes rencontrés lors de leurs propres parcours politiques. Tout d’abord, le profil viril de la politique, point mis en avant par Renée-Chantal Belinga qui rappelle que la diversité n’est pas qu’une question de couleur et d’origine. Younes Boukala, quant à lui, met en avant le fait que la politique est pleine de paradoxes, en prenant comme exemple son propre cas.

Âgé uniquement de 22 ans, Younes Boukala est le plus jeune élu aux politiques municipales. Il raconte ainsi que lors de sa compagne, il s’est souvent heurté aux préjugés des électeurs quant à son jeune âge et à sa place dans la politique, alors même que l’on réclame de plus en plus de jeunes au sein de cette dernière. Enfin, Frantz Benjamin soulève le problème du « plafond de verre », bel et bien existant en politique, et que loin d’être uniquement un problème que les femmes peuvent rencontrer au cours de leur carrière, il est également un problème que rencontrent les minorités, les empêchant ainsi d’accéder à de plus hautes hiérarchies.

Après de telles discussions, les raisons pour lesquelles la diversité au sein de la politique municipale est un sujet épineux sont plus claires. Les embûches sont ainsi nombreuses pour les personnes issues de la diversité qui souhaiteraient se présenter. Toutefois, des solutions existent et sont constamment mises en place pour pallier ces problèmes.

Pour Marianne Giguère, il est du rôle des élus de montrer la valeur de la politique aux gens afin de la démystifier et de permettre à ces derniers de mieux la comprendre. Pour Josefina Blanco, il est important de sensibiliser les nouveaux arrivants à la démocratie et à l’importance d’aller voter, afin que ces derniers, s’ils sont issus de pays aux politiques difficiles, puissent se rendre compte que leur voix a de l’importance et que la politique n’est pas qu’une affaire « d’élite », mais celle du peuple pour le peuple.

Par Héloïse Maréchalle

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.